Les infos du 18 Septembre 2015 - article

Évaluer cet élément
(0 Votes)

400 FOURMIS EN MOINS

Quelques jours après l’annonce des 850 millions d’économies pour 2015-2017, la Direction nous a conviés aux concertations sur 5 projets de réorganisations des filières centrales. Ce fût aussi l’occasion, pour nous, de mettre en avant le décalage entre cette annonce d’un nouveau plan d’économies et la nécessité d’investir pour l’avenir. «Le plan d’économies repose sur des initiatives capillaires, des opportunités que nous pourrions saisir et une simplification de nos filières» nous a répondu le stratège de la Direction. D’ailleurs, «tout le gras généré ira effectivement vers cet investissement nécessaire». Les 400 coupes de la Direction qui nous ont été annoncées depuis, en font partie.

URBI, LA CONTINUITÉ

Le précédent plan de réorganisations des services centraux datait de 2013. Annoncé en pleine crise, il avait généré près de 550 suppressions de postes. Ces projets à peine achevés pour certains et malgré des résultats satisfaisants, la Direction est venue nous présenter la nouvelle vague 2015-2017. En tout, 400 nouvelles suppressions de postes toucheraient GBS (113 dont 89 OPER/FIN & OPER/OTC, 15 FIND/MPC/MAC, 9 ITEC), SGSS (55 dont 10 à Paris et 45 à Nantes), COM (31), DRH (59) et 98 pour la filière Finance (DEVL principalement). Si l’accord de février 2013 est une vraie garantie contre les licenciements et assure au salarié que son activité ne sera pas supprimée tant qu’une solution convenable pour lui n’a pas été trouvée, il n’empêche que cette nouvelle vague de suppressions de postes va générer de nouvelles difficultés dans des équipes parfois déjà durement touchées en 2013. C’est ce que nous avons fait remarquer à la Direction, qui nous a concédé un suivi vigilant par les CHSCT pour vérifier que les suppressions de postes ne provoquent pas une surcharge de travail. Il lui faudra, avant, venir plancher devant le CE des Centraux pour justifier chaque suppression. Les 188 postes en moins de la DRH, de la Com et de la filière Finance se feront dans le cadre d’un PSE (application du chapitre 3 de l’accord du 13 février 2013). Les 113 de GBS et les 98 de SGSS se feront au fil de l’eau. L’ensemble des documents (comptes rendus des réunions, projets de la direction) sera disponible sur nos sites intranet et internet.

ET ORBI, LA RUPTURE

Laurent Goutard s’y était engagé. La première concertation sur l’avenir du réseau a eu lieu le 17 septembre. Il est venu expliquer aux syndicats la stratégie de la Direction pour les 5 prochaines années. Il y a des éléments incontestables (les clients changent de comportement), mais miser exagérément sur le numérique serait une erreur. Notre clientèle n'est pas exclusivement constituée de "young urban people" et le client n'attend pas une relation totalement déshumanisée. Les mouvements de protestation à l'encontre de la généralisation des plateformes téléphoniques sont un signal. Des choix stratégiques, que nous contestons, sont franchement inquiétants. Ainsi, l’abandon du conseiller dédié pour chaque client lambda est une rupture avec la stratégie actuelle, voire bien au-delà, de notre modèle de banque universelle – accessible à tous, de partout, pour tous les services. Ces choix mettent aussi de côté les comportements actuels de la clientèle qui voit dans son conseiller la personnalisation de la confiance, de la qualité du service et fait dangereusement pencher la SG vers une banque réservée "haut de gamme", ce qu’elle ne peut, ni ne doit être…

 

Les infos sous format PDF se trouve en suivant ce lien.

 

cgt562-les-400-coupes

Lu 8880 fois Dernière modification le vendredi, 18 septembre 2015 14:12
Connectez-vous pour commenter