jeudi, 21 octobre 2021 16:56

Modifications d'horaires et de régimes de travail BDDF - 21 Octobre 2021 Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Réunion Direction syndicats - 21 Octobre 2021


Suite au tollé généré par la présentation du projet de modifications d'horaires en commission de travail du CSEC (cf le compte rendu), une réunion Direction - syndicats nationaux s'est déroulée le 21 Octobre.

La direction recevait les organisations syndicales sur les modifications d’horaires en agences que nous avions bloquées lors des travaux du comité central (cf CSEC).

La direction était représentée par le directeur des affaires sociales Frédéric Clavière-Schiele (FCS), épaulé d’une part par Chloé Alligier et d’autre part, par Frédéric Figer et Amélie Lobry pour BDDF.
Pour la CGT : Clémentine Bulliard et Philippe Fournil


La direction : «Nous n’allons pas
dérouler le processus comme prévu initialement, sans cette rencontre avec les syndicats. Nous avons entendu vos nombreuses remontées et nous avons donc 4 thématiques différentes (avec des impacts spécifiques et différents), pour en définir les modalités de report, d'ajustement ou de renoncement.

Mais nous sommes sur un impact limité de notre réseau. Il faut réunir préalablement des conditions : les ressources doivent être en adéquation avec les objectifs que l'on veut obtenir et que localement cela fasse l'objet d'une présentation (consultation).Dans certains cas il faudra adapter dans le temps.

Nous sommes dans un dispositif global mais il faut que les critères locaux soient remplis, sinon on reporte. »


1/ L’ouverture sur la plage du midi 
 

Deux dispositifs avec « impact limité au niveau personnel » d’après la direction :

  • Organisation d'ouverture sur la plage méridienne (entre midi et deux) : possible dès lors qu’il y a 2 équipes (effectifs hors experts au moins égal à 10). Toutes les autres restent fermées. Celles qui pourront prendre des RDV seront celles qui ont plus de 5 effectifs. Il faut que la taille de l'agence le permette (que l'effectif réel soit en cohérence avec l'effectif théorique). Cela doit être défini localement. Il faut qu'à l'ouverture du dispositif, l'effectif le permette. Le roulement des équipes ne doit pas être un élément ayant un impact sur la vie d'équipe et d'agence. Il faut conjuguer l'alternance des repas mais il faut tenir compte des réalités individuelles (rdv chez le dentiste, etc) et la réalité managériale (pour faire des rotations et ne pas figer 2 équipes) pour avoir une organisation managériale. Cela représenterait environ 43 agences (à +/- 10% près). Le dispositif avait été modélisé sur 70 agences (ayant plus de 10 effectifs).

CFDT : on veut la liste
CGT : attention, le problème, c'est quand on donne une liste à BDDF, elle est figée dans le marbre. Ce sujet fait partie des chiffons rouges et des irritants. Ces dispositifs doivent rester à l’initiative des équipes locales, encadrés par les règles et quelques garde-fous. On a déjà tenté de s'en tenir à l'intelligence locale (les commissions Adhoc de client2020 n'ont pas permis d'empêcher les fermetures d'agences - sauf à de très rares exceptions - même parfois celles qui développaient du pnb). Il faut donc que ce soit une initiative locale et des échanges locaux qui valident l’intérêt des modifications d’horaires. Nous avons d’ailleurs un dispositif légal qui pourrait s’appliquer aux consultations des CSE locaux, celui que l’on utilise pour mettre en place des horaires variables, une non opposition des élus locaux.

(Là, le directeur des relations sociales a failli avoir un ulcère foudroyant)

Il a coupé court à cette proposition en déclarant que la S.G. n'ira pas plus loin que l'avis de non opposition strictement réservé au déploiement des horaires variables.

  • Ouverture le midi sur RDV :

Pour la direction, il faut réunir une double condition : il faut que ce soit un rendez-vous générateur de PNB (le fameux PNB+) et ne pas faire de la banque au quotidien. Et il faut au moins 3 personnes dans l'agence.  Cela concernerait 225 agences en plus des autres (entre 220 et 250).

Pour la direction, on est sur 300 agences concernées par l'extension du midi, sur 1500 (dont 1200 resteraient fermées le midi).

CFDT : comment prendre en compte les évènements exceptionnels ?
F. Figer : nous avons réfléchi aux conséquences de nos projets dans la vraie vie. Mais lorsqu'il n'y a qu'une seule personne, le RDV pris est un RDV honoré.   

SNB : on va complexifier la prise de rendez-vous …
F. Figer : on dispose du planning des conseillers (ça a été mis en place lors du confinement). On a SG agenda, c'est notre Doctolib. 

CGT : il serait mieux de bloquer le SG Agenda entre midi et deux car les clients vont remplir le motif n'importe comment et surtout personne ne sait, à ce moment-là, si le collègue est seul ou pas.
F.Figer : c'est contradictoire comme demande, l'intelligence artificielle va permettre de prendre des rendez-vous à PNB+ (et les autres seront renvoyés sur la Banque au quotidien, le CRC, etc). C'est pour cela que SG talk va être développé.

2/ Le St Graal : L’ouverture du Lundi - Samedi midi 

Pour la direction, cette ouverture du lundi au samedi midi se ferait avec une priorisation du lundi au vendredi pour les PRO, et une ouverture ciblée sur les PRO sur le régime Mardi samedi matin. Il faut que l'ouverture du lundi repose sur la possibilité de positionner les collègues sur les 2 régimes horaires et donc avoir un volume d'effectifs suffisant.  Il faut des PRO suffisants, ou sinon des PRI qui puissent venir aider.

Cela concernerait 250 à 280 agences. Moins de 15% des agences du réseau. Mais l’objectif est d’y entrer à partir d'avril…

Certaines DCR ont favorisé le regroupement des PRO pour qu'ils travaillent ensemble le lundi en tête d'UC. Mais ce n’est pas un objectif. L’explication de l’élaboration de la réflexion et de la gestion du projet aura permis à Frédéric Figer de préciser que «le travail en chambre définit une éligibilité mais qui est ensuite confrontée aux réalités de terrain et aux configurations locales (« je n'ai pas intérêt de développer car les zones sont trop éloignées », ou « la clientèle n'est pas sur ce modèle », etc).

Cfdt : les indemnités kilométriques des PRO ?
FCS : s'il faut réaffirmer le principe, c’est ok, on le fera. S'il faut l'écrire, on le fera.

3/ Ajustement de l'horaire d'ouverture au-delà de 18h00 

La question des cibles d'ouverture est perfectible en pleine période de vie scolaire. D'autant plus que nous ne sommes pas stabilisés du fait de la crise sanitaire. S'il y a un intérêt économique, il n'est pas opportun d'un point de vue social de le faire en période scolaire. Vous nous avez suffisamment alertés sur ce point. Il ne sera donc pas déployé avant le mois de septembre 2022.

L'objectif n'est pas d'allonger le temps de présence en agence. Donc si l'agence reste ouverte jusqu'à 18h, les collègues n'auront pas d'augmentation de leur temps de présence en agence.

Ce dispositif concernerait 250 agences maximum…. Avec des collègues sur lesquels il n'y a pas d'incompatibilité en termes de vie privée.

CGT : Ca fait 10 ans qu'on teste tous les régimes horaires. Ce qu’on observe, c’est qu’après 18h00 ça ne génère pas de P.N.B. Par contre, la plage horaire 9h00 10h00, que vous voulez fermer, est importante pour les clients (notamment pour les grosses opérations, PPI).
F. Figer : on parle d'une vingtaine d'agences. Si la DCR nous dit 18h15 ça n'a pas de sens, on fermera avant. 

CGT : Le 18h15, c'est l'irritant de trop. Il ne permet pas de s'organiser en termes de vie privée (garde d'enfant, etc).
CFDT : vous n'arriverez pas à pourvoir les postes et ce sera du perdant perdant.
FCS : il n'y a pas de vérité révélée. Il faut qu'on puisse faire des adaptations en prenant en compte les tendances de fond (PRO du lundi au Vendredi et possibilité de rendez-vous sur la pause méridienne). Ensuite, il y a deux sujets périphériques : le 18h15 est peut-être le quart d'heure de trop, et nous allons voir pour le samedi après-midi.

Nous sommes persuadés de la nécessité pour la PRO.

4/ le Samedi après midi :

Direction : Même s’il y a une logique pour nous, nous allons en rester là pour le moment. Et j'y reviendrais dans une réunion similaire, peut-être plus tard. Il y a aujourd’hui une centaine d'agences qui fonctionnent déjà comme ça. Et la performance est au rendez-vous. C’est pertinent.

Nous avions à l'esprit qu'une trentaine d'agences pourraient être étudiées (du fait de la concurrence, du risque commercial, volonté d’être offensifs, etc). On va faire une étude (mais pas de mise en place avant septembre). Nous n'irons pas au-delà dans le contexte actuel. Nous n'allons pas le faire avant la mise en place de la NVBQ. Nous reviendrons dans une réunion plus courte.

CGT : Il faudra transmettre les éléments devant la com éco (notamment les ambitions en termes de PNB, les différentes études mentionnées ici ou là…).
FCS : côté pratique, sur les horaires, le traitement local doit être complet et en national aussi. Donc, au regard des différents éléments discutés, nous allons vous formaliser tout ça.

CGT : Il faut transmettre aux syndicats les principes et les engagements dont nous venons de parler,  ainsi que les différentes listes d’agences concernées en amont de l'EPQS (avant que ce ne soit figé dans le marbre).
FCS : ok, il me reste 2 week end avant l'EPQS pour y travailler.
L’EPQS en novembre, Pléniere en décembre, CSE locaux ensuite, les mises en place différenciées (entre Avril et septembre, voire la NVBQ).  

Il a conclu la réunion en répétant :

Si ce n'est pas accepté par les collègues, nous ne pourrions pas développer le PNB.
Nous devrons trouver des solutions en cas de difficultés individuelles. Nous avons un sujet d'attractivité, il ne faut pas que ce soit une complication.

 
 
 
horairesbddf
 

Informations supplémentaires

  • onesignal: 0
Lu 640 fois Dernière modification le jeudi, 21 octobre 2021 20:05
Connectez-vous pour commenter