mercredi, 28 août 2019 14:39

Le grain de sel : Numéro spécial Libération de Paris.

Écrit par
Évaluer cet élément
(3 Votes)
Lu 310 fois Dernière modification le mercredi, 28 août 2019 15:29

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Philippe FOURNIL lundi, 09 novembre 2015 09:02 Posté par Philippe FOURNIL

    Michel Marchet :
    Hier, Jean Paul Josset m'a appris le décès de Jean Lemaitre, son mentor, et aussi un peu le mien.
    Vu son âge respectable, la plupart d'entre-vous ne l'ont pas connu, c'est pour cette raison que j'ai voulu mettre ce petit mot à sa mémoire. Jean fût pendant de longues années administrateur de la Société Générale, au temps où celle-ci était encore une banque nationalisée, avant la première privatisation de 1987. Il y représentait la confédération du temps de Maurice Lauré, PDG d'alors et grand commis de l'Etat, auquel avait succédé Marc Viénot, amorceur de la pompe à phynances.
    Il était "agent principal" à l'agence de Saint Malo, sa ville natale, car il était malouin, et non pas breton comme il aimait le préciser.
    Il aura été fidèle à son idéal de jeunesse toute sa vie, engagé dans les FFI à 16 ans, il fût candidat du PCF et avait tenu meeting, ce qui lui valut d'être convoqué par le Directeur, car "ça ne se fait pas, Monsieur, de s'afficher sur une estrade avec les rouges, quand on est employé principal à la Société Générale" !
    Ces Directeurs d'agences, il les avait surnommé les "plats culs", et il savait de quoi il parlait tant il les avait vus se courber devant Maurice Lauré aux journées de Deauville... Maurice Lauré qui lui témoignait le respect que l'on doit aux hommes de conviction rappela à l'ordre le patron de l'agence et accorda à Jean du temps payé pour exercer son mandat de maire adjoint de Saint Malo... un "privilège" que l'administrateur CFDT dénonça.
    L'homme détestait les honneurs, il les refusa tous, même celui de la Société Générale lors de son départ en retraite, à l'exception de celui de la CGT, et lors de son enterrement, pas de fleurs ni de crucifix, seulement le drapeau rouge avec la faucille et le marteau.
    Un homme de convictions vous dis-je, et selon notre expression favorite, à bas la calotte, Jean !

Connectez-vous pour commenter