Merci aux électeurs qui ont voté au second tour et plus particulièrement pour celles et ceux qui ont soutenu notre liste.Le taux de participation est en baisse (-3% , soit 482 électeurs en moins). Avec 35%, la CGT arrive donc en seconde position derrière le SNB qui atteint 44% des suffrages exprimés (soit +8% par rapport au 1er tour). Nous obtenons 13 élus sur les 35 qui formeront la future instance qui remplacera le CE actuel.            
    De : UHRING Emeric LyxrCpsMkg   Envoyé : dimanche 16 juin 2019 23:46Objet : IRP - Le fond et la com Bonjour à tous,  Tout ceux qui ont eu l’occasion de voir Frédéric Oudéa sur scène ont certainement eu la même impression que moi : c’est le Johnny Hallyday de la finance française, avec une présence et une aisance devant le public que beaucoup doivent lui envier. Il en a également presque la longévité. Pour le contenu en revanche, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne fait pas non plus l’unanimité. Les critiques que nous lui adressons à la CGT sont - je pense - désormais bien connues : politiques sociales et salariales régressives, suppressions d’emplois utilisées comme variable d’ajustement financière, stratégie intenable de coupes incessantes d’activités et surtout culte des indicateurs financiers à court terme au détriment de la construction à long terme d’un groupe financier équilibré adapté au nouvel environnement réglementaire et économique. Mais que valent les critiques d’un syndicat après tout? Les directeurs généraux ne sont-ils pas mieux placés pour savoir ce qui convient à l’entreprise? Mais manifestement, les marchés ne sont pas même avis : l’action plonge sans discontinuer et se situe même sous les niveaux du PMAS! Ce qui est le plus inquiétant, c’est qu’il s’agit d’un phénomène propre à la SG. A titre d’exemple l’action BNP Paribas est en hausse de presque 5% depuis le début de l’année tandis que la nôtre dévisse de plus de 20%. Il ne suffit pas d’être un…
  De : UHRING Emeric LyxrCpsMkg   Envoyé : dimanche 16 juin 2019 23:46Objet : IRP - Le fond et la com Bonjour à tous,  Tout ceux qui ont eu l’occasion de voir Frédéric Oudéa sur scène ont certainement eu la même impression que moi : c’est le Johnny Hallyday de la finance française, avec une présence et une aisance devant le public que beaucoup doivent lui envier. Il en a également presque la longévité. Pour le contenu en revanche, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne fait pas non plus l’unanimité. Les critiques que nous lui adressons à la CGT sont - je pense - désormais bien connues : politiques sociales et salariales régressives, suppressions d’emplois utilisées comme variable d’ajustement financière, stratégie intenable de coupes incessantes d’activités et surtout culte des indicateurs financiers à court terme au détriment de la construction à long terme d’un groupe financier équilibré adapté au nouvel environnement réglementaire et économique. Mais que valent les critiques d’un syndicat après tout? Les directeurs généraux ne sont-ils pas mieux placés pour savoir ce qui convient à l’entreprise? Mais manifestement, les marchés ne sont pas même avis : l’action plonge sans discontinuer et se situe même sous les niveaux du PMAS! Ce qui est le plus inquiétant, c’est qu’il s’agit d’un phénomène propre à la SG. A titre d’exemple l’action BNP Paribas est en hausse de presque 5% depuis le début de l’année tandis que la nôtre dévisse de plus de 20%. Il ne suffit pas d’être un beau…
De l’artisanat à l’ère industrielle Après les 16 années d’immobilisme du binôme SNB-CFTC, tant en matière de communication que de prestations, l’arrivée de la CGT à la tête du CE des Services Centraux Parisiens en 2013 a fait souffler un vent de renouveau. Le plus visible a été le passage au numérique (site web totalement rénové, newsletters électroniques, page Facebook, paiement en ligne…), avec en back-office une professionnalisation marquée de la gestion et de la transparence des attributions des prestations – notamment en matière de voyages. Ce chantier a été long et compliqué, mais vous en voyez aujourd’hui les effets. Le CE est enfin entré dans le XXIe siècle. Alors qu’auparavant les prestations proposées ne touchaient qu’un public restreint et qui ne se renouvelait pas, notre but a été d’ouvrir l’accès aux prestations du CE au plus large public possible. En plus du passage à la communication électronique – qui a également permis de réduire drastiquement la consommation de papier et contribuer ainsi à la préservation de l’environnement, nous avons eu à cœur de diversifier les offres et de permettre plus de souplesse dans les choix individuels. Pour cela, nous avons donc élargi le périmètre des prestataires et des partenaires en négociant des tarifs préférentiels. Quelques exemples : Rénovation de l’offre vacances : destinations plus variées, avec des partenaires plus adaptés Journées récréatives pour les enfants : recours à un prestataire spécialisé pour assurer le bien-être et la sécurité de vos enfants Sports : avec les abonnements PSG, rugby et basket, ce sont plus…
Page 1 sur 6