mardi, 06 octobre 2020 12:23

Présentation des groupes de travail – Etude rapprochement CDN / SG - 6 Octobre 2020 Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(41 Votes)

Présentation des groupes de travail - 6 Octobre 2020 

Direction : Marie-Christine Ducholet, Frédéric Clavière-Schiele (FCS), Valérie Migrenne, Fanny Perraudin
CGT : Philippe Fournil - Yoann Bérard
CFDT - SNB - CFTC 

Dans le cadre des annonces sur « l'étude Crédit du Nord - Société Générale" faites par F. Oudéa et S. Proto, il restait un certain nombre d'éléments que la direction n'avait pas donnés officiellement. Notamment les groupes de travail qui seront le socle de l'étude et que nous avons publié vendredi dernier. Pour rattraper le coup et avant de publier un communiqué, la direction a invité les syndicats (hier soir) à une réunion ce matin avec Marie Christine Ducholet.

"Nous allons officialiser les groupes dans la journée, mais nous voulions vous donner un peu plus de détails et de contenu que le simple communiqué. L'annonce sera faite aussi du coté CDN." a déclaré le directeur des relations sociales en ouvrant la conf call.

Marie Christine Ducholet a ensuite présenté les fameux 12 chantiers business et les 7 transversaux :

  • Organisation et gouvernance,
  • Siège,
  • Modèle opérationnel,
  • Période de transition,
  • Maillage territorial,
  • Accroissement des revenus avec les partenaires internes et externes,
  • 4 chantiers : Clientèle entreprises, professionnels, essentiels, premium et patrimoniaux,
  • RSE,
  • Stratégie omnicanale et ambition digitale.

Les 7 transversaux sont :

  • Structuration juridique fiscale et réglementaire,
  • Relations sociales,
  • Finance (Claire Dumas),
  • Communication (Laetitia Maurel),
  • Marque,
  • RH,
  • Informatique

Ces chantiers seront animés et conduits par un binôme constitué par les patrons des différentes entités du CDN et les délégués régionaux (soit 8) + 4 cadres de BDDF.

"Pendant 7 semaines, l'objectif est de définir les éléments structurants qui doivent être tranchés avant la fin de l'étude et qui doivent mener à la décision d'y aller ou pas. Etat des lieux, points communs et différences des modèles, recul sur les modèles actuels pour construire le modèle le plus fort, prospectif sur les 10 prochaines années, conquête commerciale, réfléchir sur les enjeux opérationnels, dresser la période de transition." a détaillé MC Ducholet.

"Le comité de pilotage sera composé de Sébastien Proto et Françoise Mercadal Delasalles, Bruno Delas, Philippe Amestoy et Marie Christine Ducholet. Les arbitrages y seront soumis" a-t-elle conclu.

Pour la CGT : Il faut arrêter sur le projet SG-CDN avec les informations « Top down » et la précipitation qui ne présagent rien de bon ! C'est mal parti et significatif si on met les salariés et leurs représentants au pied du mur ! Quelle que soit l'opinion de chaque syndicat sur la question, il faut revoir rapidement la méthodologie. La démarche souffre, comme trop souvent, d'entre soi. Les salariés, les syndicats ou les représentants du personnel ne sont pas associés. Or, si toutes les questions ne sont pas de notre responsabilité, certaines le sont indéniablement !
Il faut une nouvelle réunion, voire 2, sur la stratégie du projet avec Sébastien Proto car des réponses aux questions sur la stratégie vont dépendre la mise en œuvre du projet, son coût social et surtout globalement son intérêt pour les salariés et les clients.
Il est inacceptable et hors de question de venir présenter l’addition aux syndicats quand les choix seront faits et de leur laisser la charge de gérer les conséquences sociales, sans qu’auparavant  les salariés et leurs représentants aient eu leur mot à dire.

"Il y a des choses qui vont dépendre de votre responsabilité, sur lesquelles nous aurons des opinions, mais nous avons aussi notre mot à dire sur certains points structurants : Rôle de l'agence, ambition commerciale, taille du portefeuille, maillage, etc…"
Il y a des questions sur la stratégie qui n'ont d'ailleurs pas nécessité à être rendues publiques, mais qui doivent être regardées avec les représentants du personnel. Par exemple, quelles alternatives au projet actuel ? Quelles économies récurrentes sur les investissements informatiques ? Etc.

Le SNB a demandé si les opérationnels seront associés aux groupes de travail. La CFTC a demandé à être associée à la restitution de S. Proto conjointement avec les représentants du Crédit du Nord. La CFDT a plaidé pour associer les syndicats à la réflexion.

Pour le directeur des relations sociales, concernant l'état d'avancement des groupes et la restitution des travaux, il est trop tôt. Les différents canaux préparent leur pilotage et il y aura ensuite une structure transverse par souci de cohérence. Cette étude (la cible stratégique d'ensemble) sera présentée au Conseil d'administration.
"Nous serons donc, à ce moment là, très en amont, pour présenter aux IRP les éléments globaux et stratégiques avec une vue globale qui ne sera pas nécessairement une mise en oeuvre. Nous pourrons définir ensemble les modalités d'échange, d'expertise aux bénéfices des différentes enseignes selon un calendrier que nous déterminerons".

Pour la CGT, sans concertation préalable, nous en serons rendus à valider les décisions du Conseil d'Administration et enfiler des perles pour savoir qui sera l'expert car une fois les projets présentés au CA, les dés sont généralement jetés. Ce n'est pas notre demande.

Le directeur des relations sociales a saisi la perche tendu par le SNB pour répondre qu'"il est possible d'éclaircir certains éléments avant". Tout en précisant : "Mais ce point d'étape ne pourra pas prédéfinir ce qui sera soumis au CA. Début novembre, Sébastien Proto pourra répondre à vos questions mais il ne pourra pas prédéfinir la cible."

La direction a ensuite précisé quelques points.  "10 -12 spécialistes par groupe de travail selon les besoins identifiés par les binômes qui les animent". "Sur certains points, il y aura un panel utilisateurs plus larges, sur différents sujets très précis."
 "Il y a 2 éléments : élargissement du champs de responsabilité et au travers d'une seule enseigne sans changement juridique. On verra avec les OS quelles sont les IRP qui devront travailler."
"Le point RH sera piloté par le CDN. On va regarder la montée en compétence, comparer nos politiques, nos diagnostics de compétence, et on commencera à dessiner les grandes tendances de la politique qui verra le jour avec comme objectif de voir ce qui est le plus efficace pour les clients en étant le plus facilement opérationnel pour les salariés. Nos convictions d'aujourd'hui devraient perdurer pour le futur."

Le directeur des relations sociales a tenté de conclure par :  "Les impacts humains seront traités dans un cadre homogène sur toute la durée qui va être longue. Il y aura un travail de coordination. On restera dans l'objectif de ne pas faire de départs contraints comme l'a dit F. Oudéa. Nous avons des 2 cotés des histoires sociales importantes …il faudra écrire une nouvelle page qui en tienne compte."

Pour la CGT : Pendant les travaux l'activité continue :
Nous sommes revenus sur la nécessité de démontrer la solidarité avec les collègues sinistrés par les inondations et les intempéries. Nous avons demandé la possibilité d'absences autorisées (et rémunérées) pour ceux qui sont directement impactés par le malheur et les difficultés. C'est ce que nous avions obtenu en 2016.

La direction a répondu qu'elle regardait les impacts et les collaborateurs concernés. Le DRH  régional local aurait bien le point en tête. Il n'aurait pas recensé de cas confirmés.

Nous sommes aussi revenus sur la nécessité de maintenir des conf call BDDF (direction de BDDF - syndicats) sur la crise sanitaire.
Il faut recadrer et rester sur la gestion de la crise (nombre de clusters, cas avérés, applications des protocoles sanitaires, etc) pour ne pas recréer une nouvelle instance. Mais il est nécessaire de garder cette fenêtre d'échanges, même si l'actualité est dense. D’autant que les messages sont contradictoires entre la Com Groupe d'hier soir 19h15 et les instructions données notamment à BDDF au même moment. "Recours élargi au travail distant là où c'est possible dans l'île de France" vs "on ne change rien" pour la com Groupe … ce qui, au passage, confirme que sans mesures coercitives de la part du gouvernement sur le télétravail, il n'y a pas d'effet et qu'on reste dans la communication habituelle de sa part.

La direction a conclu qu'elle nous revenait pour nous communiquer la date de début novembre de la rencontre avec Sébastien Proto.

cdn 35eme

 

Lu 1150 fois Dernière modification le vendredi, 16 octobre 2020 17:20
Connectez-vous pour commenter